Avec l’arrivée des ZFE (Zone à faible émission, auparavant appelées ZCR – zones à circulation restreinte), la pression se fait de plus en plus forte pour que les transports soient de plus en plus propres

Lui aussi concerné, le secteur du TP s’interroge depuis plusieurs années sur la façon de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et de particules fines et limiter son impact environnemental. Chez Noblet nous faisons le choix depuis 2015 de privilégier l’électrique et le biogaz dès que c’est possible.

Avant de se pencher sur le meilleur moyen de faire le plein de gaz naturel ou de biogaz, il est important de comprendre ce qu’est un camion au gaz naturel (gaz fossile) ou au biogaz (gaz renouvelable).

 

 Le camion GNV : pourquoi et comment ? 

Le GNV (Gaz Naturel pour Véhicule) est un carburant alternatif au diesel. Le camion GNV fonctionne uniquement au gaz, c’est-à-dire qu’il n’utilise plus du tout de gasoil.

Le gaz utilisé peut avoir 2 provenances : il peut être naturel (fossile, extrait du sol en même temps que le pétrole) ou biogaz (issu de la méthanisation de déchets et donc renouvelable). Si les deux origines du gaz ne change rien quant au fonctionnement d’un camion GNV, l’utilisation du biogaz fait une grande différence sur le plan écologique grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre induite par la méthanisation.

 

En France et dans le monde, le ravitaillement en gasoil n’est pas un problème car il existe des stations service partout et les camions bénéficient d’une très grande autonomie. 

 

Pour le gaz, c’est différent. La faible densité des stations de recharge en gaz peut être un véritable frein à la transition écologique. En mars 2020, on compte presque 300 stations de recharge en Gaz Naturel Compressé (GNC) et Biogaz (BioGNV) contre plus de 11 000 pour le gasoil. Si leur nombre progresse rapidement et s’accroît chaque année, la part des stations de recharge en gaz reste faible par rapport au nombre de stations service traditionnelles. D’autant plus que la répartition des stations n’est pas homogène. Il y a certaines zones qui sont de vrais déserts de GNV y compris près de Paris, par exemple dans les Yvelines.

 

Faire le plein en station publique est l’option la plus évidente mais il y en a une autre : créer sa propre station de recharge lente (pendant la nuit) sur le lieu de stockage des camions. C’est le choix que nous avons fait chez Noblet depuis quelques années.

 

Ces 2 options présentent des avantages et des inconvénients.

 

Recharge en station publique rapide

La recharge rapide des camions GNV en station publique prend seulement une dizaine de minutes. Cette solution est idéale pour les longs trajets au cours desquels il est indispensable de se réapprovisionner en carburant. 

 

Les avantages de ce type de recharge sont proches de ceux des stations gasoil :

  • Pas d’investissement
  • Recharge presque aussi rapide qu’un plein de gasoil
  • Évolutivité : que vous ayez 1 ou 20 camions, vous pouvez aller faire le plein dans la même station.

 

Ce mode de recharge a cependant des inconvénients :

  • Dépendance à un faible nombre de stations. En général, pour un lieu de départ (parking de l’entreprise) vous avez une ou 2 stations utilisables. 
  • Parfois un important temps d’attente. La plupart des stations n’ont que 2 ou 4 pistes de recharge. Elles sont vite saturées.
  • Enfin, la recharge rapide génère un fort échauffement du gaz qui du coup se dilate. Dans les 10 minutes qui suivent la fin du plein, le gaz se refroidit et vous pouvez constater que l’autonomie a fortement baissé. Comme le gaz était chaud, le plein n’a pas pu se faire correctement.

 

Recharge en station lente sur le lieu de parking

L’autre option peut paraitre dégradée mais est, à nos yeux, une meilleure solution, à la seule condition que les camions rentrent le soir sur un parking de l’entreprise.

Le principe est un simple compresseur qui prélève le gaz sur le réseau GRDF, le comprime à 200 bars et charge les camions. 

 

Les inconvénients de ce type de recharge sont les suivants :

  • Un investissement. Cet investissement est cependant relativement faible au regard du coût des matériels. Notre expérience montre que suivant la taille de l’installation, il faut compter entre  6 et 8 000€ par piste de recharge.
  • Nécessite que les camions soient arrêtés quelques heures pour faire le plein (6 à 10 suivant les objectifs).

 

Cependant, la recharge lente a des avantages majeurs :

  • Une bien meilleure autonomie. Le camion est chargé avec un gaz chaud mais une fois chargé, il suffit d’attendre que le réservoir baisse en température et de remettre en route le compresseur plus tard dans la nuit. Nous constatons chez Noblet un écart de 15 à 20% d’autonomie en plus.
  • Beaucoup moins de perte de temps. Le chauffeur rentre au dépôt branche son camion et rentre chez lui. Le lendemain matin, le camion est chargé.
  • Une capacité de négociation du prix du gaz bien supérieure. En effet, si vous dépendez d’une station publique ou 2, la capacité de négociation est relativement faible. En revanche, dans le cas d’un approvisionnement privé, il est possible de mettre tous les gaziers en concurrence. Nous constatons là aussi une importante différence entre les 2 types de stations. 

 

Faire évoluer votre flotte de camions vers le gaz naturel n’est donc pas mission impossible. Avec quelques investissements, vous pouvez engager une véritable transition énergétique tout en réduisant vos coûts à long terme. Par expérience, nous vous recommandons une station lente privative si cela est possible. C’est ce que nous faisons chez Noblet et nous ne regrettons pas notre choix.